Café de Vie

L’association AVEC, dont les habitants sont les principaux acteurs, conduit ses projets dans une démarche participative en favorisant l’expression des besoins et la recherche de réponses adaptées. 

Plus largement, la création des cafés associatifs est apparue comme la réponse pertinente aux besoins des habitants et aux enjeux de développement des quartiers prioritaires. 

Le café de vie quèsaco ? 
 

  • Un équipement social et culturel de proximité,

  • Un lieu convivial de proximité ouvert à tous,

  • Un lieu de diffusion des informations concernant les quartiers

 

L’objectif ? 

 

Pouvoir faire de ce café de vie un lieu de mixité sociale et générationnelle qui soit attractif pour nos publics : adultes, étudiants, actifs, demandeurs d’emploi, allocataires du RSA, enfants, adolescents … 

 

A noter que le café se veut un lieu ouvert sur l’extérieur en termes de fréquentation, d’échanges et de partenariats. 

 

Programmation

 

Basée sur les initiatives, problématiques et envies des habitants, une programmation d’actions, d’animations et d’activités est co-construite en partenariat avec les partenaires locaux et les bénévoles d’AVEC.

 

Les activités sont envisagées comme des supports à la création de liens entre habitants et comme facilitant la parole et les échanges et favorisant le vivre-ensemble.

 

Les thèmes abordés sont centraux, comme l’éducation scolaire, l’emploi, les discriminations … Et tournent autour :

 

du faire ensemble : ateliers cuisine, jeux de société, éducation, ateliers parents/enfants, jardinage ...  

 

de l’ouverture culturelle et de la citoyenneté : expositions, projections, théâtre, lectures, contes, sorties culturelles …

 

de la convivialité : soirées thématiques, projections de films …

 

de soirées-débat : rencontres, projets pour les quartiers, scolarité, alimentation, café-littéraire, café-philo, webradio 

 

de l’échange : échange de biens, de services, de savoirs, de compétences et de conseils. 

 

« Ces espaces de discussion permettent également de faire évoluer les représentations sur les quartiers dits populaires ou sensibles, et rompre avec l’image négative qui en est donnée » - Mohamed IKSI, Président d'AVEC.